Nous nous battons afin que les militaires

morts accidentellement en service commandé

à l'entraînement, en exercice opérationnel

ou en mission intérieure

sur le  territoire national ou à l'étranger (hors OPEX)

soient reconnus avec la mention

"Mort pour le service de la Nation" !...

Définition de "Mort en service commandé" : décédé lors d'une mission particulière

avec un ordre de service ou de mission...

Un poème de Jean Marc Lainelle a été déclamé par Francis Huster
Le poème et la liste de nos militaires et gendarmes sont à télécharger

 

Sur le mois de mai le President de la République

a présenté une nouvelle mention

"Mort pour le service de la République"

avec le statut de "pupille de la République" pour les orphelins



 

Nous réagissons et considérons

que cette nouvelle mention

est une victoire en demi-teinte

pour notre association

car ce projet continue à générer

des questions et des incompréhensions !

Actualisation au 1er septembre 2021

En cliquant sur le bouton ci-dessous, vous découvrirez nos réflexions et nos arguments.

WOI_0582
chirié_obseques
legionnaire9
gendarme haute montagne
vab
AdobeStock_156311274
helicopteres
pupille-nation
IMG_6442
DSCN9827
68766777368c74cba0cdb8e9193ca772 ok_edited.jpg

Un poème de Jean Marc Lainelle a été déclamé par Francis Huster
Le poème et la liste de nos militaires et gendarmes sont à télécharger

 

Mardi 8 juin 2021 à 16h00
Nous avons organisé le dépôt d'une gerbe mémorielle
à l'Arc de Triomphe

 

Le mardi 8 juin 2021, nous avons réitéré notre première action symbolique du 3 mars 2020 en déposant une gerbe devant la flamme de l’Arc de Triomphe, en présence de plus d’une centaine de personnalités civiles, militaires et associatives  En plus de ce geste, cette cérémonie a particulièrement émue l’assistance avec la prestation d’une petite fille de 11 ans « EDEN » qui a chanté la « Marseillaise » et la déclamation d’un poème par Monsieur Francis HUSTER.

IMG_6577
IMG_6442
IMG_6062
IMG_6130
DSCN9805
DSCN9825
IMG_6455
DSCN9827
IMG_6452_edited
IMG_6446
IMG_6436
IMG_6448

Dépôt de la gerbe des Oubliés de la Nation

à l'Arc de Triomphe

- 8 Juin 2021 -

Poème déclamé

par monsieur Francis Huster

-  8 Juin 2021 -

invitation A5.jpg

Télécharger le poème déclamé

par monsieur Francis Huster

-  Juin 2021 -

75 militaires et gendarmes décédés après le 21 mars 2016

devraient être reconnus avec la nouvelle mention

"Mort pour le service de la République !"

et leurs enfants avec le statut de "pupille de la République"

Ces militaires seront certainement reconnus,

  • lieutenant-colonel Patrick VALLOT : Armée Air - 5 octobre 2016, coopération Défense - Vol entraînement ULM Conakry ;

  • caporal-chef Stéphane VEDERE : Armée Air - 26 octobre 2016, décès accidentel en service ;

  • brigadier-chef Hassib ABDD'ILLAH :  Armée Terre - 19 mai 2016, accident véhicule blindé auto école en Moselle ;  

  • brigadier-chef 1e classe Kalidou WADE : Armée Terre - 26 septembre 2017, décédé à Douala (Cameroun) - 519e GTM ;

  • caporal Odgerel BAT-ARGAMJ : Légion Etrangère -19 mai 2017, noyade lors exercice cohésion à Cumières ; 

  • légionnaire 1e classe Rodrigues LORENZO : Légion Etrangère - 19 mai 2017,  noyade lors exercice cohésion à Cumières ; 

  • caporal-chef 1e classe Georges BURNS : Armée Terre - 30 août 2018, EALAT - mort en service ; 

  • lieutenant-colonel Vincent MANNESSIER : Armée Terre - 22 octobre 2018, malaise le 13 octobre entraînement physique ;  

  • adjudant Robert CHOMA : Légion Etrangère, 25 juillet 2018, décès en service ;   

  • maître principal Arnaud PEYRONY-RAPATOUT : Marine Nationale - 21 juillet 2018, accident circulation service Djibouti ; 

  • caporal-chef Steven LONATI-RUFFIN : Armée Terre  - 9 mars 2019, accident circulation en mission ;  

  • caporal-chef Max BONNIOT  : Armée Terre - 20 novembre 2019, GMHM - chute lors repérage voie Boningto ;

  • capitaine François SANGIOVANNI : Armée Terre - 15 février 2020, malaise lors entrainement boxe en service ;

  • Maître Jean-Claude MICHAU : Sécurité civile - 28 octobre 2020,  BMPM - Décès en service commandé.  

Nous ajoutons à cette liste les 38 gendarmes décédés accidentellement

en service commandé après le 21 mars 2016

Par contre, les 87 militaires et les 76 gendarmes
décédés entre le 1er janvier 2002 et le 20 mars 2016
seront toujours considérés comme
des "Oubliés de la Nation"...
et nous allons continuer à nous battre jusqu'à leur reconnaissance !...
 
Nous avons créé cette liste avec nos moyens associatifs, elle référence les décès des militaires et gendarmes décédés en service commandé sur le territoire national
et à l'étranger hors OPEX et non reconnus à ce jour.
Si votre drame n'est pas enregistré, contactez nous ! ...
 

Le rappel de notre combat initial

Nous sommes un collectif de familles de militaires décédés accidentellement en exercice commandé à l’entraînement, en exercice opérationnel et en mission intérieure sur le territoire national ou à l’étranger hors Opex.


Nous ne présentons pas ce combat au nom de toutes les familles endeuillées, même si certaines nous soutiennent, mais au nom de l’équité entre les serviteurs de la Nation, de la justice et de l’action mémorielle.


À ce jour nos enfants sont considérés comme « Mort en service ».


Ils n’ont pas été reconnus avec la mention « Mort pour le service de la Nation » en conséquence leurs enfants ne sont pas des « Pupilles de la nation », leur conjoint ne bénéficie pas de certains droits et leur nom ne sera pas inscrit sur le monument aux morts de leur commune.


Pourquoi le fait de mourir accidentellement en service commandé en tant que soldat déployé sur le territoire national ou à l’étranger hors OPEX ne semble pas une condition suffisamment digne pour obtenir cette mention.


Il n’est pas juste d’accepter que la reconnaissance du sacrifice ultime d’un militaire soit abandonnée à la générosité de nos politiques.


Pourquoi ces inégalités, ces différences de traitement et de reconnaissance …


Où se trouve l’EGALITE face à cette nouvelle  INJUSTICE ? qui touche le cœur des familles…

La mention « Mort pour le service de la Nation »


Les textes de la mention « Mort au service de la nation » précise que cette dernière est attribuée à chaque militaire qui décède lors de l’accomplissement de ses fonctions dans des circonstances exceptionnelles.


Cette définition étant floue, la décision reste discrétionnaire à chaque ministre en exercice.


Les orphelins sont considérés comme « Pupilles de la Nation », leur conjoint perçoit 100 % de la pension de réversion, des aides financières sont versées aux ayants droits et leur nom est gravé sur le monument aux Morts de leur commune.
Les militaires sont honorés par l’attribution de la Légion d’Honneur (officiers et sous-officiers).

Les attributions antérieures


Entre 2015 et 2016, le ministre précédent Jean-Yves le DRIAN, initiateur de la loi a attribué cette mention à 15 militaires décédés à l’entraînement et en exercice opérationnel.
 

 La décision de Mme Florence PARLY


Cependant en juin 2017, un revirement de l’esprit de la loi et de la définition des « circonstances exceptionnelles » a été décidé par le nouveau ministre des Armées Madame Florence PARLY.


Dans les faits, elle a décidé de refuser l’attribution de cette mention à tous les militaires qui décèdent accidentellement à l’entraînement et en exercice opérationnel et en mission intérieure OPINT.


Les décès accidentels en opération sentinelle le seront-ils ?


La définition fallacieuse

des circonstances exceptionnelles par le ministère des Armées


Entre 2018 et 2019, des questions écrites au ministère des Armées ont été déposées par des députés et sénateurs sur une demande d’explication de la définition des circonstances exceptionnelles.


L’évolution des réponses du ministère nous laissent pantois, nous sommes passés de l’omission de ces fameuses circonstances au refus de la reconnaissance des exercices opérationnels, et depuis peu à une définition fallacieuse qui n'a que pour but d'apporter une réponse formatée en niant l'esprit initial de la loi.

 

La non reconnaissance des accidents lors d'entraînements

ou d'exercices opérationnels malgré leur dangerosité


Le ministère ne reconnaît plus les conséquences des décès en entraînements comme des circonstances exceptionnelles.
 

7776121310_le-ministere-de-la-defense-a-

La définition fallacieuse