À notre fils François, serviteur de la Nation

mort en mission de mise en condition

opérationnelle en vue d’une projection extérieure


Adjudant Chef François Woignier 1980 - 2017

3è Régiment de Parachutistes et d’infanterie de Marine de Carcassonne

 





SAVEZ VOUS QUE L’ETAT FRANÇAIS

CLASSIFIE LES DÉCÈS DE NOS MILITAIRES


En fonction de cette classification, les droits des familles diffèrent.

L’Etat attribue la mention

« Mort au service de la France » :

aux militaires qui décèdent en mission sur le terrain opérationnel.

L’Etat attribue la mention

« Mort au service de la Nation »

aux militaires qui décèdent en service par la cause d’un tiers volontaire

ou dans des circonstances exceptionnelles.

Les « Morts en service »

correspondent aux militaires qui décèdent dans les exercices d’entraînement ou de préparation opérationnelle, missions diverses intérieures mais aussi dans les accidents de la vie courante au sein de leur régiment.

Seuls les familles, les régiments ou n’importe quelle autre personne

ou association qui déposent un dossier

à l’Office National des Anciens Combattants à ce que la mention

« Morts au service de la Nation » soit attribuée à leur mort.


Et c’est le Ministère de la Défense qui décide du bien fondé

de chaque demande et de l’attribution ou du refus de cette mention.

Après quelques mois d’absence, nous avons décidé de rompre le silence pour crier notre désillusion et notre incompréhension face à l’arbitrage de ceux qui là haut dans un ministère feutré, derrière un bureau et dans un fauteuil confortable décident de l’avenir d’un orphelin dont le père a donné sa vie pour la France.

François n’a pas été reconnu « mort au service de la Nation » et par conséquence son fils Owen ne bénéficiera pas de la protection du statut des « Pupilles de la Nation ».

François est mort au service de son pays, nous connaissions le risque de son engagement et nous l’avons toujours accepté et respecté.

C’était son choix, pendant 15 années, il a servi notre Pays avec amour et passion.

La famille Woignier

Olivia, Jean-Pierre, Daniele, Emilien et Owen


LE RENOUVELLEMENT

DE NOS REMERCIEMENTS


Avant de vous présenter notre incompréhension, nous désirons renouveler nos remerciements à tous ceux et toutes celles qui nous ont adressés un mot d’amour et de réconfort.

Nous remercions tous les parents et amis qui se sont déplacés à la Chapelle Saint Pierre du Cros de Cagnes et tous ceux qui ne pouvaient pas y être, mais qui ont eu une pensée pour François.


Nous remercions aussi les parachutistes du 3ème RPIma de leur admirable présence et soutien lors des obsèques à Carcasonne et au Cros de Cagnes.

Ils sont venus et certains de très loin pour rendre hommage à leur frère d’arme respecté et aimé.

Leur devise n’est-elle pas « Frère un jour, Frère toujours ».

Il était un « enfant du 3».

Nous remercions à nouveau le régiment pour le soutien et l’appui moral qu’il nous a apportés.


Nous remercions le chef de corps le Lieutenant Colonel Durville d’avoir demandé au Ministère des Armées pour notre fils la mention « Mort au service de la Nation »  qui aurait permis à notre petit fils Owen aujourd’hui âgé de 7 ans de bénéficier du statut de Pupille de la Nation.


Nous remercions le général de Brigade Christophe ABAD pour l’oraison élogieuse prononcée pour honorer sa mémoire à la caserne Lapperine de Carcassonne devant le régiment rassemblé et lu dans la chapelle Saint Pierre du Cros de Cagnes par le Chef de corps du 3ème RPIma.


Nous vous invitons à cliquer sur le le lien ci-après pour prendre connaissance.


Nous remercions à nouveau les autorités locales et départementales pour l’organisation sans faille de la cérémonie religieuse à la Chapelle Saint Pierre du Cros de Cagnes et plus particulièrement Monsieur le Maire de Cagnes sur Mer Louis Nègre et Madame la Députée de la 6ème circonscription Madame Laurence Trastour-Isnard.


François connaissait les risques de son métier, les acceptait et aimait notre pays.

Il a participé en 15 années à plus de 13 missions extérieures et opérations.

Il avait déjà donner son sang avec comme décorations ses cicatrices.

Les médailles sur sa poitrine rendent hommage à son parcours.

Et il a fallu qu’il tombe chez nous en France à 37 ans.


PERDRE UN ENFANT QUELQUE SOIT SON ÂGE

N’EST PAS DANS LA NATURE DE LA VIE.


La médaille militaire a été déposée sur son cercueil tricolore au nom de la Nation,

A la fin de cette cérémonie, il a rejoint sa demeure éternelle,

Il est toujours présent dans notre cœur…


APRÈS LA DOULEUR DE LA PERTE D’UN FILS

SA MÉMOIRE EST ENTACHÉE

PAR CETTE NON RECONNAISSANCE


Notre fils est décédé en mission et en situation extrême, une demande de reconnaissance de la mention « Mort au service de la Nation » a été adressée par le chef de corps de son régiment comme nous l’avons mentionné plus haut.


Le dossier a été présenté par l’ONAC et adressé au Ministère des Armées


UNE DÉCISION DE REFUS A ÉTÉ RETOURNÉE AU RÉGIMENT

EN PRÉCISANT QUE « LA CONDITION DU DÉCÈS N’ÉTAIT PAS CONSIDÉRÉE COMME UNE CIRCONSTANCE EXCEPTIONNELLE ».


Nous avons adressé un recours au Président de la République avec l’appui de Monsieur le Maire de Cagnes sur mer et de Madame la Députée de la 6ème circonscription des Alpes-Maritimes


LE REFUS NOUS A ÉTÉ CONFIRMÉ PAR SON SECRÉTARIAT

EN PRÉCISANT QUE « LA CONDITION DU DÉCÈS

N’ÉTAIT PAS CONSIDÉRÉE

COMME UNE CIRCONSTANCE EXCEPTIONNELLE ».



 

  

ET PAR CONSÉQUENCE

IL EST À CE JOUR UN OUBLIÉ DE LA NATION

ET PAR CONSÉQUENCE,

SON FILS OWEN N’EST PAS RECONNU

COMME « PUPILLE DE LA NATION » !…


 


Son nom ne sera pas gravé sur le fronton du monument

aux morts de sa commune.


La Nation ne lui rendra pas hommage

lors de cérémonies officielles.


Ce statut étant lié à la reconnaissance de son père, Il ne bénéficiera pas de ces avantages

(soutien en matière d’éducation, d’emploi et de fiscalité voir détail sur onac-vg.fr)





LES TEXTES DE LA MENTION

« MORT AU SERVICE DE LA NATION »


La mention « Mort au service de la Nation » a été crée en 2012 suite à l’affaire de Toulouse pour rendre hommage aux militaires ou agents de l’état tués par un terroriste.

En 2016, cette disposition a été élargie au décès d’un militaire ou d’un agent public du fait de l’accomplissement de leurs fonctions dans des circonstances exceptionnelles.

Leurs enfants sont automatiquement reconnus comme « Pupille de la Nation ».

Leur nom est gravé sur le fronton du monument aux morts de leur commune.






























NOUS NE COMPRENONS PAS LA DÉCISION

D’UN MINISTÈRE QUI VA À L’ENCONTRE

DE LA DEMANDE DE SA BASE !

NOUS NE COMPRENONS PAS LA DÉCISION

D’UN MINISTÈRE QUI NE PREND

PAS EN COMPTE LE PARCOURS ELOGIEUX

PRÉSENTÉ PAR UN GÉNÉRAL DE BRIGADE !

NOUS NE COMPRENONS PAS LA DÉCISION

D’UN MINISTÈRE QUI EN FACE D’UN DÉCÈS EN MISSION BRANDIT LE BOUCLIER LÉGISLATIF

SANS AVOIR EU EN MAINS

LE RAPPORT DE GENDARMERIE DE CE DRAME

NOUS NE COMPRENONS PAS LA DÉCISION

D’UN MINISTÈRE QUI DÉCIDE DE L’AVENIR

D’UN ENFANT DE 7 ANS

À LA LECTURE D’UN TEXTE SUBJECTIF

« PUPILLES DE LA NATION »

UNE DÉRIVE VERS LES CIVILS


Aujourd’hui le statut de « pupille de la Nation » est plus largement reconnu envers des jeunes victimes mêmes étrangères directes ou indirectes d’attentats.

Si le devoir de la Nation est de protéger et d’aider les victimes civiles des attentats, il existe une dérive lente et inexorable vers les civils le plus souvent bien éloignés des grands serviteurs de la Nation.

La Nation serait-elle plus reconnaissante envers des victimes civiles où leur seul malheur a été d’être présent au mauvais endroit et au mauvais moment.

(Nous vous invitons à consulter certaines décisions)








.




Mais la mort d’un serviteur de la Nation dans des conditions extrêmes

de service, de préparation à la guerre, aux situations opérationnelles

difficiles ne demande-t-elle pas la solidarité nationale,

la reconnaissance et le soutien de l’état.


L’épouse d’un serviteur de la Nation, mort en service n’est-elle pas autant touchée psychologiquement que la famille d’un agressé par attentat et une aide éducative pour ses enfants par une adoption symbolique et matérielle par l’état n’est-elle pas licite et humainement légitime ?



SAVEZ VOUS QU’UN ORPHELIN D’UN SERVITEUR DE LA NATION

MORT EN SERVICE NON RECONNU « PUPILLE DE LA NATION »

EST ASSUJETTI AUX DROITS DE MUTATION LORS DE LA SUCCESSION.

pupille de la Nation

L’HOMMAGE DE SES FRÈRES D’ARME

ACCEPTER SANS COMPRENDRE

ET SE SOUMETTRE EST UNE HÉRÉSIE


Nous avons recherché, découvert de nouvelles données,

qui nous donnent beaucoup d’espoir dans la réévaluation du dossier de François

et nous voulons vous les faire partager.


« LES CIRCONSTANCES EXCEPTIONNELLES »



Les ministères concernés attribuent ou refusent l’attribution de cette mention.

Les refus sont motivés en égard des décrets de la loi de 2012 et 2016.


Le décret de 2012 est sans ambiguité

« Peuvent bénéficier de la mention "Mort pour le service de la Nation” si elles sont décédées des suites de l’acte volontaire d’un tiers »

Par contre Le décret de 2016 est ambigu et incomplet

"Peut également bénéficier des dispositions du premier alinéa un militaire ou un agent public décédé » du fait de l’accomplissement de ses fonctions dans des circonstances exceptionnelles.

Les mots « circonstances exceptionnelles »

employés sans précision, sans exemple

 emportent l’incompréhension des familles.

Il s’agit uniquement de mots subjectifs…









LA NON PRÉCISION DE CES CIRCONSTANCES

EXCEPTIONNELLES EST-ELLE VOLONTAIRE

POUR MAÎTRISER LES DÉCISIONS

ET LES CONTRAINTES BUDGÉTAIRES ?


LA PEUR D’OUVRIR LA PORTE DE PANDORE ???


En 2016, seulement 4 mentions ont été attribuées à 3 policiers

et à un personnel civil.

Pas un seul militaire n’a été mentionné.





mort au service de la nation


ET POURTANT… BIZARRE,

VOUS AVEZ DIT BIZARRE !



En 2015, le ministère a pris une décision lors du décès accidentel de 9 militaires

Pendant un exercice de L’OTAN en Espagne à Albacete, les sous-officiers et officiers ont reçus la légion d’honneur

et la mention « mort au service de la Nation »

Quelles ont été les considérations pour qu’ils puissent être reconnus par leur ministère

alors que seul le décret de 2012 était actif. ???

Le pilote Grec qui s’est écrasé a–t-il été reconnu comme tiers volontaire ???


LES POLITICO-MILITAIRES MANIENT-ILS LES TEXTES

À LEUR CONVENANCE EN FONCTION

DES CONTINGENCES MÉDIATIQUES OU AUTRES ?


Paris Match a t-il été ce vecteur ??

Suite à un article cette mention leur a été décernée (Bizarre, voir l’article)


L’HOMMAGE DE L’ARMÉE DE TERRE

LA DEMANDE DE RECONNAISSANCE DE LA MENTION

« MORT AU SERVICE DE LA NATION »

A ÉTÉ DÉPOSÉE PAR LE CHEF DE CORPS DE SON RÉGIMENT

NOUS NE COMPRENONS PAS LA DÉCISION

D’UN MINISTÈRE QUI NE PREND PAS EN COMPTE

UN DÉCÈS ACCIDENTEL LORS D’UNE MISSION DE PRÉPARATION OPÉRATIONNELLE

Notre fils est décédé en mission

de mise en condition opérationnelle avant projection


Avant propos : Source de l’information www.deploiement.cnmss.fr

« La notion de mission doit s'entendre au sens large et couvre toutes les formes d'activités professionnelles accomplies dans le cadre de l'exécution des fonctions en dehors du lieu habituel d'exercice ».


La condition de la mission

En qualité d’adjudant, il commandait une section de véhicules d’avant blindé dans le cadre d’une mission de préparation opérationnelle organisée à Caylus dans le Tarn et Garonne qui est un centre d’entraînement spécialisé.

Cette phase de préparation opérationnelle avant projection (mise en condition avant projection MCAP) (prévue en janvier 2018) pour une opération extérieure est exigeante, sans concession et vise à maîtriser les différents savoir-faire avec un caractère plus poussé et plus risqué que l’entraînement traditionnel.

En effet, l’évolution du contexte d’engagement sur certains théâtres de projection conduit à aménager la mise en condition au plus près des conditions réelles.
















Dans cette mission il y avait un déplacement de véhicules d’avant blindé à moyenne et grande vitesse sur une piste du camp dédié à ce type d’activité.

Il se trouvait sur la tourelle du premier véhicule quand pour des raisons inexpliquées à ce jour, le conducteur en a perdu le contrôle.

Notre fils a été éjecté violemment, et malheureusement, le véhicule de 13 tonnes s’est retourné et l’a écrasé.

Non, Il n’est pas décédé dans un simple accident, il a été victime de son devoir dans une mission à risque….

Nous sommes toujours dans l’attente du rapport de gendarmerie (conditions de l’accident, expertises du véhicule et expertise topographique) qui n’a pas encore été adressé à la justice (mai 2018).

Nous nous sommes portés « partie civile » auprès du Procureur de la République de Toulouse pour en prendre connaissance.

Par ailleurs, nous sommes surpris de la réponse du Ministère et de la Présidence qui ont pris une décision sans avoir eu connaissance du rapport de l’enquête de la Gendarmerie de Caylus.




  


NOTRE FAMILLE  A BESOIN DE CETTE RECONNAISSANCE POUR SE RECONSTRUIRE

ET FAIRE QUE LE PARCOURS,

LA MÉMOIRE ET LE SACRIFICE DE FRANÇOIS

NE SOIENT PAS OUBLIÉS ET QUE LA FIERTÉ

L’EMPORTE SUR L’INCOMPRÉHENSION.


La décision du ministère a été prise

à la lecture d’un rapport circonstancié succinct


Ce dernier a été adressé avec la demande du régiment. il se résume en trois lignes et n’a peut-être pas permis à la Ministre des Armées de considérer la réalité des circonstances :

« Lors d’une manœuvre sur le camp de Caylus en exercice dans un VAB sur la piste 4x4, l’Adjudant François Woignier chef de bord s’est retrouvé coincé sous le VAB après que ce dernier se soit retourné. Malgré l’intervention de l’équipage médical du 3ème RPIMa puis de l’antenne médicale de Caylus du SAMU 82.  Le décès a été constaté à 12h30. »


DES CAS RÉELS OU THÉORIQUES COMME CELA PLEUVENT TANT LES ASSOCIATIONS

DE VICTIMES D’ATTENTATS OU LES REPRÉSENTANTS DE CERTAINES FONCTIONS

ONT FORCE DE REPRÉSENTATIONS ET DE PERSUASIONS.




LA MISSION OPÉRATIONNELLE AVANT PROJECTION


En complément de la définition présentée sur le paragraphe précédent,

nous avons trouvé une publication sur la page officielle Facebook du Ministère des armées.


Cet article ayant été validé par les autorités, ce dernier apporte

une autre vue de la mission opérationnelle avant projection


Nous avons promis sur son cercueil que son fils qu’Owen

sera un jour reconnu comme « Pupille de la Nation ».

Nous avons besoin de votre soutien !

Vers le 10 août nous adresserons une demande d’entrevue

au Ministre de la Défense, Madame Florence PARLY

afin lui présenter nos arguments et soutiens

pour une réévalution de notre demande de reconnaissance.




Accès direct au formulaire des élus  
Accès direct au formulaire des élus   Accès direct au formulaire des élus  
Accueil La presse Pupille de la Nation   Mort au service la Nation   Citation à l'ordre de la Nation nous contacter